Focus écrans et jeux vidéo :

Encore un sujet dont on entend parler de partout avec un message très souvent moralisateur qui vient rajouter du crédit à notre douce voix de culpabilité parentale.
Aujourd’hui je vous propose de visiter la relation aux écrans sous un nouvel angle : Oui ils existent oui nos enfants sont séduits tout autant que nous les adultes !
As-t-on vraiment le choix ? Pouvons-nous vraiment contrôler ?

Focus écrans et jeux vidéo :
As-t-on vraiment le choix ? Pouvons-nous vraiment contrôler ?

A Vaugneray, le  15 octobre 2019

La première règle qu’on nous donne en la matière : « Le 3-6-9-12 de Serge Tisseron » est trouvable sur tous les écrans !
Pas d’écran avant 3 ans, ou tout au moins les éviter le plus possible
Pas de console de jeu portable avant 6 ans
Pas d’Internet avant 9 ans, et Internet accompagné jusqu’à l’entrée en collège
Internet seul à partir de 12 ans, avec prudence

Je propose en effet de s’en inspirer pour savoir le cadre dans lequel on doit évoluer mais avec flexibilité car en pratique un dilemme s’impose :
« Dois-je être un parent autoritaire et rentrer tout le temps en conflit avec mon enfant pour lutter contre l’attrait des écrans ? Ou dois-je être permissif au risque que mon enfant devienne addict ?
Il va me détester, Il risque d’être exclu de sa vie sociale, son voisin a déjà un téléphone et son copain joue à Fortnite !
Je vais regarder sur mon écran sur un forum ce qu’en pensent les autres !!!!
Puis j’en parlerai avec mon conjoint une fois les enfants couchés pendant la pub au milieu de notre film !! »
Vous voyez ce que je veux dire…
Voici toute l’hypocrisie de la moralisation autour des écrans, les personnes les plus addict, ce sont nous les adultes !
On compte notre temps sur les smartphones mais au travail combien de temps sommes nous derrière nos ordis ?
Puis nous regardons des séries tous les soirs !
Un petit candy crush ? Un Tétris ?
Attends je vérifie mes mails, mon facebook et instagram !
Pas d’écran avant 3 ans alors qu’un enfant d’un an sait déjà déverrouiller nos Smartphones !

Concrètement on fait comment ?
Grâce à mon expérience d’animatrice d’atelier philo j’ai choisi d’aborder le sujet avec nos enfants et c’est à eux que j’ai demandé : « Vous qui connaissez bien les écrans et les jeux, vous qui êtes la première génération née avec les écrans entre vos mains, dites-moi comment éduquerez-vous avec votre expérience vos propres enfants aux écrans ? »
Voici leur réponse en vrac…

– Dire très jeune à mon enfant que c’est une drogue : « quand mon parent m’a mis devant la télé il ne savait pas qu’il m’avait donné en fait ma première cigarette ! »
– Dire à mon enfant que ce n’est pas la réalité et je veux qu’on parle beaucoup de son jeu qu’il m’explique où il en est et ce que ça lui fait pour qu’il puisse allier réel et virtuel.
– Je mettrai une boite dans l’entrée de la maison dans laquelle tout le monde devra ranger son tél ou tablettes le soir pour qu’on puisse être en famille pour de vrai.
– Je demanderai à mon enfant de se relier aux réseaux sociaux qu’avec des gens qu’il connait vraiment et de ne pas accepter d’invitation d’inconnu.

C’est avec leur réponse que je vais vous proposer d’accompagner votre famille dans une éducation aux écrans.

– Pour commencer, il faut associer nos enfants à nos conversations autour des écrans comme vous le constatez ils ont beaucoup de bonnes idées !
– Ensuite, il faut informer de l’addiction aux écrans en parlant très honnêtement de nous pour qu’ils en aient conscience
– Puis, on responsabilise très vite sur la gestion des écrans on donne des temps de vision TV aux plus jeunes et c’est eux qui doivent éteindre l’écran à tour de rôle en utilisant la prévention pour ne pas brutaliser l’autre au moment d’éteindre. « Je te préviens mon frère, dans 5 minutes je vais éteindre la télé ok ? ou tu te rappelles à la fin de cet épisode je devrais éteindre ok ? » C’est très important car le responsable ne se laisse pas hypnotiser par l’écran car il a une mission…
Quand je parle de brutaliser, c’est en fait quand le jeune ou nous d’ailleurs nous sommes déconnecté du réel et entré pleinement dans l’écran et du coup nous ne supportons pas l’intrusion de l’autre cela nous met en grande colère !
– Bien distinguer le réel du virtuel, à la fin d’une partie de jeu demander lui de vous raconter ce qu’il vient de vivre, écoutez attentivement et demandez lui ce que ça lui fait à l’intérieur de lui car les jeux donnent de la puissance, de l’estime de soi, de la reconnaissance (bien plus que le système scolaire par exemple…) et pendant la conversation faites le parallèle avec ses qualités réels …
– Venez le regardez jouer et parlez-lui, intéressez-vous à ce qu’il se passe pendant le jeu en l’ayant prévenu avant pour ne pas brutaliser son moment.
Beaucoup de jeunes quittent leur écran pour raconter leur écran…
– Jouez avec lui, faites l’expérience de son jeu pour comprendre, jouez contre lui…
– Tentez de limiter votre propre temps d’écran à titre d’exemplarité en racontant vos efforts à vos enfants, ils vous imiteront et vous soutiendront…
– Créer une boite à écran chez vous en délimitant des moments pour tout le monde sans écran et choisissez une sortie ou un jeu de société à la place, cela renforce vraiment le lien réel des relations.
Soyez le plus honnête possible concernant les écrans, surtout sur votre propre expérience, ne demandez pas à votre enfant de faire ce que vous êtes incapable de faire et rester le plus possible en relation réel avec lui (repas du soir, ou un jeux de société de temps en temps, un escape game ou balade en vélo…)

Pour finir sur une note très positive, chaque jeune répond sans hésitation qu’il préfère un moment d’attention complète de son parent à n’importe quel écran ou jeu…
Alors, à nous de jouer !!!!

Je serai ravie d’avoir vos avis sur cet article et d’entendre vos commentaires :

Nathalie.